Home > Francais > Les données de 2014 sur la production, la consommation, les prix et la modulation de la production dans le secteur de l’électricité

Les données de 2014 sur la production, la consommation, les prix et la modulation de la production dans le secteur de l’électricité

Approvisionnement

Au cours de la dernière année, de nouvelles installations offrant un approvisionnement supplémentaire de 1 900 MW sont entrées en exploitation commerciale sur les réseaux de transport et de distribution de la province, à savoir des éoliennes, des installations solaires, des centrales à biomasse et des centrales hydrauliques.

Trois grandes tendances se sont dégagées au chapitre de l'approvisionnement en électricité en Ontario en 2014 :

  • L'abandon progressif des centrales au charbon a été mené à bien. Cette filière a été remplacée par les centrales nucléaires, qui offrent un approvisionnement de base, par les centrales au gaz naturel, qui peuvent assurer un approvisionnement de base ou de pointe au besoin, et par les éoliennes. 
  • La production horaire des éoliennes a dépassé la barre des 2 600 MW le 31 décembre 2014 et la production de cette filière a atteint 4,4 % de la production totale d'électricité.
  • À la fin de l'année, des installations éoliennes et solaires d'une puissance totalisant plus de 1 925 MW étaient exploitées au sein des réseaux de distribution.

Tableau : Production d'électricité des installations raccordées au réseau de l'Ontario selon la filière, 2013 et 2014

​Nucléaire ​Hydralique ​Charbon ​Gaz-Mazout ​Éolien Biocombustible ​Solaire
2014​94,9 TWh​37,1 TWh​0,1 TWh14,8 TWh6,8 TWh​0,3 TWh​0,0185 TWh
​2014 %​62 %​24 %​<1 %​10 %​4 %​<1 %​<1 %
​2013​91,1 TWh​36,1 TWh​3,2 TWh​18,2 TWh​5,2 TWh​0,2 TWh​sans objet
​2013 %​59%​23 %​2 %​12 %​3 %​<1 %​sans objet

Les chiffres ayant été arrondis, leur somme n'est pas nécessairement égale à 100.   
Nota: La classification des filières a été modifiée depuis la publication du communiqué de fin d’année de 2013. La nouvelle catégorie « gaz-mazout » comprend des installations bicombustibles, tandis que la nouvelle catégorie


Au cours de la dernière année, la province a exporté 19,1 TWh d’électricité et elle a importé 4,9 TWh, principalement du Québec.

Tableau: Importations et exportations annuelles selon la province ou l’État   

​Manitoba ​Michigan ​Minnesota ​New York ​Québec ​Total
​Importations totales​413,6 GWh​343,8 GWh​40,2 GWh​481,0 GWh​3 644,6 GWh​4 923,2 GWh
Exportations totales​296,1 GWh​7 436,6 GWh​198,0 GWh​7 623,3 GWh​3 519,3 GWh​19 073,3 GWh


En 2014, la modulation de la production d’énergie éolienne (réduction sur demande) a représenté 4,6 % de leur production disponible, mais elle a permis d’éviter la mise à l’arrêt de 18 réacteurs nucléaires. Somme toute, un seul réacteur nucléaire a été mis à l’arrêt en 2014 comparativement à six l’année précédente.


Demande

La consommation d'électricité totale en 2014, soit 139,8 TWh, a été légèrement inférieure à celle enregistrée en 2013.

Pointe hivernale

  • La province a également connu pour la première fois depuis dix ans sa pointe annuelle en hiver, lorsque la demande a atteint 22 774 MW le 7 janvier 2014.  La capacité de production a été fort en janvier, atteignant même 28 000 MW.

Pointe estivale

  • La pointe estivale de cette année a été de 21 363 MW, soit environ 20 % de moins que la pointe estivale record enregistrée en 2006, au cause d'autres facteurs tels que l'économie d'énergie, de même que la puissance des installations solaires intégrées qui totalisait 1 500 MW raccordées aux réseaux de distribution.

Prix

  • En 2014, le coût moyen pondéré de l’électricité s’est chiffré à 9,06 cents/kWh*, en hausse de 5,7 % d’une année à l’autre. Le coût du produit comprend le prix de gros moyen et le rajustement global final pour l’année.
  • Le prix de gros moyen pondéré, soit le tarif horaire de l’énergie en Ontario, était de 3,60 cents/kWh, ce qui représente une hausse de près de 1 cent par rapport à 2013.
  • La hausse du tarif horaire de l’énergie en Ontario a eu pour effet de ramener le rajustement global pour l’année à 5,46 cents/kWh**, en baisse par rapport à 5,92 cents/kWh en 2013.

*Comprend le tarif horaire de l’énergie en Ontario et le rajustement global final pour 2014.
**Pour en savoir plus, consultez le rapport à l’adresse http://www.ieso.ca/imoweb/pubs/marketReports/monthly/2014Dec.pdf (en anglais seulement).


Énergie éolienne – Modulation de la production en 2014

Grâce à la mise en place de la modulation de la production d'énergie renouvelable à l'automne 2013, les éoliennes en exploitation en Ontario contribuent à appuyer la variation de la production et l'équilibrage de l'offre et de la demande sur le réseau. En particulier, cette modulation aide à éviter la mise à l'arrêt de réacteurs nucléaires pendant les périodes de surplus de production.

En 2014, en vertu de la modulation, la production d'énergie éolienne a été réduite de 376 GWh, soit 5,3 % de la production de cette filière à l'échelle provinciale.

La modulation de la production d'énergie éolienne est l'un des outils dont se sert la Société indépendante d'exploitation du réseau d'électricité (SIERE) pour bénéficier d'une souplesse opérationnelle. L'intégration des prévisions horaires centralisées aux outils de programmation de la SIERE de même que la visibilité accrue de la production d'énergie renouvelable ont permis de gérer plus efficacement un réseau où la part de la production d'énergie renouvelable va en augmentant. Pour en savoir plus sur l'Initiative d'intégration des énergies renouvelables de la SIERE, cliquez ici (en anglais seulement).


Énergie éolienne – Modulation de la production Valeurs réelles (GWh) 2014

Énergie éolienne – Modulation de la production Valeurs réelles (GWh) 2014  

* Les valeurs indiquées se rapportent uniquement à la production des éoliennes raccordées au réseau.


Mise à l’arrêt de réacteurs nucléaires évitée grâce à la modulation de la production d’énergie éolienne

La capacité de modulation de la production d’énergie éolienne a permis d’éviter la mise à l’arrêt de réacteurs nucléaires à 18 reprises en 2014. Grâce à la réduction de la production de la filière éolienne, les exploitants du réseau ont pu s’ajuster au surplus de production à court terme, évitant ainsi la mise à l’arrêt de réacteurs nucléaires, qui s’avère une option plus coûteuse et plus longue.


Énergie nucléaire – Manœuvres sur les réacteurs et mise à l’arrêt en 2014

La manœuvrabilité des réacteurs nucléaires de Bruce Power améliore la fiabilité du réseau d’électricité en permettant de réduire la production d’environ 300 mégawatts (MW) pour chaque réacteur en exploitation. On peut ainsi équilibrer continuellement l’offre et la demande, tout en préservant la fiabilité du réseau pendant les périodes de surplus de production. L’ampleur exacte des réductions possibles varie au fil du temps en fonction des restrictions techniques et réglementaires applicables.

Manœuvres effectuées sur les réacteurs nucléaires

En 2014, la production d'énergie nucléaire a été réduite à 588 reprises en raison d'un surplus de production, soit une réduction totale de 1 215,7 GWh.

Mise à l'arrêt d'un réacteur nucléaire

En 2014, il y a eu une seule mise à l'arrêt d'un réacteur nucléaire en raison d'un surplus de production, comparativement à six l'année précédente. La mise à l'arrêt a eu lieu le jour de Noël, généralement l'une des journées de l'année où la demande est la plus faible.


Énergie nucléaire – Manœuvres effectuées sur les réacteurs et mise à l’arrêt Valeurs réelles (GWh) 2014

 Énergie nucléaire – Manœuvres effectuées sur les réacteurs et mise à l’arrêt Valeurs réelles (GWh) 2014

* Les valeurs indiquées se rapportent à tous les cas de réduction de la production d’énergie nucléaire attribuables à un surplus de production, mais non ceux attribuables à d’autres raisons (p. ex. interruptions de service planifiées ou pannes).